mercredi 16 juillet 2008

Big Sister

Nathan est un ami journaliste suizo-colombien vivant à Bogota. Voici son regard, vu de là bas, sur la libération d'Ingrid Bétancourt .



Elle est descendue de l’avion, comme une miss. Elle a été chez Sarko. Elle a vu Villepin, Zapatero, Chirac, Ban Ki Moon, Notre Dame de Lourdes, Larry King, Libé, Le Monde, TF1, la BBC, TVE, la Rai et ses enfants.

En exclusif, à la télé, á la radio et à la une de vos journaux préférés. Pour vous, pépé, tata et les mioches, des insondables profondeurs de la jungle colombienne à la garden party du 14 juillet, le reality le plus chaud de l’été. Big Sister, Sainte Ingrid, super Betancourt, la résurrection de la passionaria mystique.

L’épisode du sauvetage de 15 otages aux mains de FARC parait tellement invraisemblable qu’il est impossible de ne pas provoquer des suspicions légitimes. Dans un pays en guerre, la vérité est toujours la première victime.

En Colombie on est habitué à cette réalité, qui se confond souvent à la magie. Aux nouvelles renversante, qui tombent du ciel, enveloppées dans du papier rose bonbon. Aux scénarios dignes des meilleurs telenovelas nationales.

Le narco Escobar n’a-t-il pas voulu racheter la dette extérieure du pays, fait construire une prison avec robinets en or et finir assassiné le jour de son anniversaire, localisé grâce à un coup de téléphone de ses enfants ? Ingrid elle-même n’a-t-elle pas parlé d’un « miracle » ?

Les éclaircissements tombent 20 ans après et tout le monde se surprend d’apprendre une vérité bien connue.

Mais, pourquoi pas ? Évidemment ça tombe bien. Comme souvent en Colombie. Juste au moment où Uribe lance l’idée d’un référendum pour approuver sa deuxième réélection. Juste au moment où notre président s’embourbe dans de sombres histoires de corruption. Juste au moment où on annonçait des libérations imminentes. Juste au moment où tout le monde proclamer haut et fort que les FARC sont finies. Juste au moment où le candidat républicain Mc Cain visite la Colombie. Juste au moment où Chavez invite les FARC à déposer les armes et renoue ses relations avec la Colombie.

En tant que anti-uribiste je voudrais que ce soit un canular, une vile manipulation de la presse, de l’opinion publique. Un infâme complot du sionisme impérialiste. Il est difficile d’accepter les victoires de ses opposants, mais là, le scénario était tellement bien ficelé qu’il m’a été inévitable verser une petite larme brillante face à l’écran.

A vrai dire, je m’en fous un peu de comment a été menée l’opération. Comme a dit Bakounine, « Je ne suis vraiment libre que lorsque tous les êtres humains qui m'entourent, hommes ou femmes, sont également libres ».

Alors. Rançon ? Corruption des FARC ? Montage ? Je crains que la première saison de Big Sister ne nous apportera pas ces réponses. Mais restez branchés sur votre blog favori pour des révélations explosives !

Nathan Jaccard

1 commentaire:

elodie.rousselot a dit…

et bien, ce nathan je le connais moi aussi, et plutôt bien. je n'avais pas voulu lui demander son avis après la libération d'ingrid, parce que quelque part, je savais déjà ce qu'il en penserait. bravo à ce mec qui n'a pas fini de m'étonner. Elodie