lundi 26 janvier 2009

Andalucia



C'était l'été, toujours l'été. Ainsi en avait-elle décidé.

Ni le temps, ni les saisons n'avaient d'emprise sur elle.
Elle, c'était une fille insaisissable, une fille bondissante.
Une fille du matin, une fille du soir, un astre de la nuit.
Elle habitait les paysages, dessinait les horizons, esquissait
les perspectives, inventait les points de fuite.
Elle virevoltait du soir au matin, et du matin au soir.
Ses pas étaient autant de notes, autant de mélodies qui
raisonnaient alentour.
Elle avait le soleil pour compagnon, lui seul pouvait la
suivre dans ses rondes interminables. Le vent lui même se
laissait emporter par son tourbillon.
C'était une fille d'ailleurs, elle n'était pas comme vous et moi,
elle n'était jamais ici. Elle venait d'ailleurs et allait ailleurs.
Toujours ailleurs, jamais là, elle ne connaissait pas la gravité,
on ne lui avait pas expliqué, ou peut être n'avait elle pas voulu
savoir, cette terrible gravité qui écrase les gens et les choses,
qui fait la pesanteur et la fatigue, qui rend possible les collisions.
Tout ça ne la regardait pas.

Elle ne fuyait rien mais échappait à tout.
Une chimère, une muse qu'aucun artiste
n'avait su retenir, ni même capturer.

C'était la liberté, cette fille-là.

Et ainsi qu'elle l'avait décidé,
c'était l'été, toujours l'été.

(photo: Floriane Boillot)

1 commentaire:

Pénélopie a dit…

magnifique ! lol !
manifico